Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2015

MARINALEDA - VIVRE UN MONDE MAGNIFIQUE EST REALISABLE !

Source : http://www.pressenza.com/fr/2015/05/marinaleda-les-insoum...

Marinaleda. Une petite ville de 2.700 habitants, au cœur de l’Andalousie, dans le sud de l’Espagne. Ici, il n’y a pas de policiers. Pas de voleurs. Ici, il y a moins de chômage qu’ailleurs, et on partage le travail. Ici, on paie son loyer 15 euros par mois. Ici, le maire et ses adjoints ne sont pas rémunérés, et ce sont les habitants qui commandent.

 ---------

Marinaleda

* Avec pratiquement pas de police, de crime et de chômage, faites la connaissance de la ville Espagnole décrite comme une utopie socialiste démocratique. Tout le monde travaille, il n’y a pas de police, et le salaire est de 1200 euros.

* Le chômage n’existe pas à Marinaleda, un village en Andalousie dans le sud de l’Espagne qui est prospère grâce à sa coopérative agricole.

* En apparence, la ville Espagnole Marinaleda n’est pas différente des autres villes de cette région. Nichée dans la vallée pittoresque Campiña, la campagne environnante est verte et vallonnée, des kilomètres de plantations d’oliviers et de champs de blés dorés s’étendant à perte de vue. La ville est jolie, tranquille et typique des villes d’Andalousie, la région la plus pauvre et la plus au sud d’Espagne.

Marinaleda2

* C’est aussi un village démocratique, anticapitaliste dont le maire encourage activement le vol à l’étalage.

* Depuis la crise financière qui a commencé en 2008, Marinaleda est devenue célèbre, ainsi que son Maire charismatique Juan Manuel Sanchez Gordillo, qui a gagné le surnom du «Robin des Bois Espagnol», après avoir organisé et exécuté une série de raids sur les supermarchés dans une démarche de protestation d’action directe et non-violente en août dernier.

* Les produits d’épicerie courants comme l’huile, le riz et les haricots ont été chargés dans des charrettes, menés du magasin jusqu’à la banque alimentaire locale pour aider les pauvres, pendant que les caissières désespérées regardaient, et quelques-unes pleuraient.

* Dans une interview après l’événement, Gordillo, le maire élu démocratiquement depuis 1979, a dit qu’il ne s’agissait pas de vol, mais d’un acte non-violent de désobéissance civile.

* "Il y a beaucoup de familles qui ne peuvent pas acheter de quoi se nourrir", protesta-il. "Au 21e siècle, c'est absolument choquant. La nourriture est un droit, pas une chose sur laquelle on fait de la spéculation". 

---------------

Bonté, Générosité, Altruisme = des valeurs humaines innées

Les commentaires sont fermés.